Le Siècle d’or de la mandoline

Samedi 7 août
Saint-Donat

18h30 - Cloître de la Collégiale
LE SIECLE D'OR DE LA MANDOLINE

Tarif 15€
Réduit 12€

Sonates de Domenico Scarlatti et Ludwig Van Beethoven

Vincent Beer-Demander, mandoline

Jean Marc Aymes, clavecin

Instrument à cordes pincées apparu au XVIIe siècle, la mandoline se caractérise par sa caisse bombée en forme d’amande. Accordée en quinte comme le violon, la mandoline est munie de cordes doubles (ou chœurs), et c’est le plectre, petite pièce d’écaille, qui sert d’excitateur (en « pinçant » les cordes) à cet instrument. Il connait un véritable age d’or par son succès dans les cours et salons du XVIIIe siècle.

Les 5 sonates pour mandoline et basse de Domenico Scarlatti s’inscrivent, tout comme celle de Beethoven dans ce processus d’oeuvres commandées par l’aristocratie européenne et dédiées à de jeunes filles de la haute noblesse (d’Espagne et d’Autriche). Le manuscrit retrouvé à la Bibliothèque de l’Arsenal de Paris , intitulé Sonatina per mandoline e cembalo, correspondant au premier mouvement de la sonate K89 de Domenico Scarlatti, ne laisse pas de doute possible quant à l’instrument originalement prévu par le compositeur pour ces sonates avec basse chiffrée. La correspondance épistolaire entre Scarlatti et Vinaccia, le grand luthier napolitain de mandoline, nous apprend que ces sonates sont dédiés aux filles du roi d’Espagne qui jouaient admirablement de cet instrument.

C’est grâce à son protecteur, le prince Lichnowsky, que Beethoven fut présenté à la famille Clary-Aldringen au château de Friedland. Beethoven a par la suite visité cette grande famille hospitalière et mélomane à plusieurs reprises pendant son séjour à Prague. Joséphine (plus tard Comtesse de Clam-Gallas), qui était alors connue comme chanteuse, jouait également de la mandoline.

En plus du célèbre air de concert Ah! Perfido (op.65), qu’il a dédié à la Comtesse, il compose pour elle cinq œuvres pour mandoline et clavecin dont une existant sous formes d’esquisses et reconstitué pour la première fois par Vincent Beer-Demander et Jean Baptiste Mazzoni.